HISTORIQUE unabc



HISTORIQUE SUCCINCT
DU 6e REGIMENT DE DRAGONS

Le 14 septembre 1673, un édit royal crée le service spécial de la Reine Marie-Thérèse . Le Chevalier d’Hocquincourt, son premier Mestre de camp, reçoit l’ordre de lever ce régiment à Philippsbourg alors place française. En raison de son affectation particulière le régiment prendra nom de "Dragons de la Reine".
Le régiment à peine créé est affecté à l’Armée du Rhin, il combat en Alsace (1674-1675) puis contre les impériaux en Allemagne et aux Pays-Bas en 1689. Il sera ensuite de toutes les batailles qui jalonnent la période monarchique : La guerre de succession d’Espagne (1701- 1713), la guerre de Pologne (1733 – 1735), la guerre de succession d’Autriche (1741 –1748), campagne d’Italie (1744 – 1748).
Puis c’est le retour à la vie de garnison et la Reine Dragons va mener un périple de ville en ville: Bayeux (1781), Pontivy (1782), Verdun (1785), Laon (1788).
Le 1er janvier 1791 suite à un décret royal, les régiments de dragons quittent leurs noms et sont désignés par le numéro de leur rang de création. La "Reine" devient le "6e Régiment de Dragons.

 

LES CAMPAGNES DE LA REVOLUTION:

Le 6e Dragons est en garnison depuis trois ans à Laon ( 1789-1792 ), lorsque la guerre éclate.
D’avril à septembre 1792, il participe en résistant à la pression prussienne; il est à Valmy le 20 septembre 1792, à la première conquête de la Belgique, à la défense des frontières ( avril-août 1793) puis au dégagement du nord de la France (Janvier- juin 1794 ) avant d’entreprendre, au sein de la division Souham, la conquête de la Belgique ( Juin – septembre 1794 ) et la conquête de la Hollande ( octobre 1794 – mars 1795 ). Les offensives de 1796 l’emmèneront à combattre contre les Autrichiens en territoire ennemi.

LE CONSULAT:

En 1799 le 6e régiment de dragons est affecté à l’armée de Mayence. En 1800 il rejoint l’armée d’Italie et le 17 juin, sa participation active à la bataille de Marengo lui donne le droit d'inscrire ce nom à son étendard.
En 1801 il combat à Lodi et à Mantou.
Rappelé en France en 1803, le 1er et 2e escadron sont à Compiègne, le 3e et 4e à Troyes.

LES CAMPAGNES DU 1er EMPIRE

Le 2 décembre 1805 le 6eDragons prend une part active à la bataille d'Austerlitz qui sera inscrite dans les plis de son étendard.
Début 1806 la campagne de Pologne l’emmène à Varsovie. Les russes ayant repris l’offensive début 1807 c’est Eylau en février puis Friedland où le régiment se distingue et inscrit un nouveau nom à son étendard.
Ce sont ensuite Les campagnes d’Espagne et du Portugal.( 1808 – 1813 ).
Le 16 et 18 octobre 1813 le régiment participe à la bataille de Leipzig et le 18 l’Empereur doit se résoudre à la retraite.
Le régiment livre un dernier combat victorieux à Saint-Dizier le 26 mars 1814, il arrive à Noisy le 3 avril et le 6 il apprend à Malesherbes l’abdication de l’Empereur.

1ère RESTAURATION-LES CENT JOURS ( Avril 1814 -Juillet 1815 )

Le régiment est appelé "Dragons du duc de Berry". Il est cantonné à Epinal jusqu’au retour de l’Empereur. En juin 1815, il participe à la campagne de Belgique. Le 18 juin, c'est le désastre de Waterloo et la retraite vers la France. Le 1er juillet le 6e Dragons livre un dernier combat à Roquencourt, le 3 juillet il passe au Sud de la Loire, il arrive à Nimes en août et c'est là qu'il est licencié

LA RESTAURATION

Le Décret du 16 juillet 1815 modifie l’organisation des régiments de cavalerie. Les régiments de dragons prennent le nom de la région où ils effectuent leur recrutement. Le 6 devient "Dragons de la Loire". Le 25 août 1825, une décision Royale supprime la dénomination "Dragons de la Loire" et le régiment reprend son numéro d’ordre : 6e Dragons.
Durant cette période le régiment occupe de nombreuses garnison dans le sud-ouest puis Poitiers (1838), Sedan (1841), Pontivy (1847), Châteaudun (1851).

LE SECOND EMPIRE

Au moment du coup d’Etat du 2 décembre 1851 le régiment est en garnison et à Lunéville.
De 1835 à 1851 le régiment envoie quelques effectifs en Algérie pour renforcer les régiments de Chasseurs d’Afrique.
Les Balkans ( mai – novembre 1854 ), la Crimée ( novembre 1854 – 1856 )où les combats de Kanghil, valent au régiment d'être cité à l'ordre de l'Armée d'Orient et d'inscrire à l'étendard : Kanghil, 1855.
La "Reine Dragons" rentre en France le 24 mai 1856 et prend garnison à Clermont; d’autres garnisons suivront, Paris (1858), Commercy (1860), Valenciennes (1863), Lunéville et Toul (1865), Lyon et Chambéry (1867 ), Libourne et Bordeaux (1869).
Pendant la guerre contre la Prusse (1870-1871), le régiment ne participe pas à la bataille de Sedan-Floing, mais il se repliera sur Soissons puis Versailles où il fera partie des régiments de marche destinés à l'Armée de la Loire. Après avoir rejoint dans l'Est l'armée du général Bourbaki, le régiment se replie sur Besançon puis sur Libourne.

LES DRAGONS DE LA REPUBLIQUE (1871-1914):

Le 6e Dragons quitte Libourne mi-août; dirigé sur Lyon il y restera jusqu’en mai 1872 date à laquelle il est envoyé à Chambery. Le 22 juillet 1880 il tient garnison à Joigny. Le 26 mars 1886 il est à Evreux et fait partie de la 2e brigade de cavalerie.

LA CAMPAGNE DE 1914:

Le 6e Dragons franchit la frontière Belge le 6 août 1914 et participe dès le 17 à l’offensive française dans les Ardennes belges. Contraint de reculer il est le 4 septembre à Dampierre. Du 6 au 11 septembre il participe à la bataille de la Marne avant de jalonner la course à la mer qui l’emmène dans le Pas de Calais en octobre 1914.
De 1915 à 1917 pendant la guerre des tranchées la "Reine Dragons" sera engagée dans le Nord en 1915, dans la région de Compiègne en 1916 puis dans la région de Noyon - Coussy le Château en 1917. Engagé aux côtés des alliés dans les opérations au Nord de l'Oise le régiment sera une nouvelle fois cité à l'ordre de l'armée le 28 juin 1918 et participe jusqu'à la fin juin aux opérations sur la Marne.
Sa conduite au combat lui vaut deux nouvelles inscriptions à son étendard : l'Yser, 1914 et Picardie, 1918.

LE DEUXIEME CONFLIT MONDIAL:

Le 20 août 1939 le régiment, toujours monté, arrive à Donchery puis occupe Roussy-Village.
Après un engagement au Luxembourg le 10 mai le régiment livre des combats retardateurs jusqu'à la Somme puis à Aboncourt (le 7 juin), Venable (le 9 juin ) et dans la forêt de Guerche en Mayenne le 14 juin.
Encerclé par les troupes allemandes le 6e Dragons doit rejoindre Chateaubriand pour être dirigé sur la zone libre. Mais dès leur arrivée à Châteaubriand les officiers sont internés et les hommes dirigés vers le camp de Saverny.

LE 6e DRAGONS REGIMENT BLINDE

Après un sommeil de 11 ans le régiment est reformé le 1er avril 1951 à Besançon . Il est équipé de chars M 24 et M 26.
L’Afrique du Nord commence à s’agiter, des unités sont envoyées en renfort. Le 24 juin 1954, le 1er escadron s’embarque avec ses chars M 24 à destination de la Tunisie. Il va former avec une partie de l’E.C.S le noyau de base du 18e Dragons reconstitué.
En 1955, c’est au tour du 4e escadron de partir pour le Maroc après les massacres de Oued Zhem. Il troque ses chars contre des AM M8 et M20 et rejoint Oujda ou il devient le 3e escadron du 3e Hussards.
En 1960, le 6e Dragons est transformé en centre d’instruction pour former les personnels des unités servant en Algérie.
Le 1er février 1964, le Centre d’Instruction du 6e Dragons est dissous après avoir instruit en quatre ans plus de 4000 recrues.

Le 1er octobre 1964 le 3e Régiment de Spahis est dissous et reforme à la même date de 6e Régiment de Dragons.
Il tient garnison à Lachen-Speyerdorf dans le Palatinat. C'est un retour aux sources car cette localité est distante de 2 kilomètres de Philippsbourg lieu où fut crée le régiment.
Rattaché à la 11e Brigade Mécanisée il dépend jusqu’en 1965 de la 3e Division puis à partir de cette date à la 1ère Division.
En 1967 le 6e Dragons devient le régiment de chars de la 11e Brigade Motorisée; il est constitué de deux escadrons de chars AMX 13 et d’un escadron missiles SS 11.
En juillet 1972 il reçoit ses premiers chars AM X 30 et sera complètement équipé à la fin de l’année . Il compte alors 41 AMX 30 et 16 V.T.T.
Le 1er juillet 1978 le 6e Dragons permute avec le 8e Groupe de Chasseurs à Pied et prend garnison à Saarburg, il se rapproche ainsi de Trèves, le PC de la 1ère Division Blindée.

En 1991 le 6e Régiment de Dragons sera une dernière fois dissous

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site